Mon 1er Tour du Béarn

Tour du Béarn Home

Il y a un peu plus de 10 jours, je participais à mon tout 1er Tour du Béarn en compagnie de ma super team “Le bon cru, kilucru ?”
Qui ? Quoi ? Où ? Quand et Comment… Je vous raconte tout de ce weekend génial et légèrement pluvieux !

Le Tour du Béarn est une course qui se déroule sur tout un weekend et dont le but est, comme son nom l’indique, de faire le tour du Béarn en relais de 7 coureurs.

L’année dernière, j’avais été sollicitée par 3 équipes différentes pour cette même course. D’ailleurs mon chéri m’avait dit : “Hé ouais mais c’est que maintenant tu commences à peser dans l’game”.
C’est vrai qu’à l’époque, je courais pas trop mal… Mais j’avais dû refuser étant donné que j’avais le semi de Mont-de-Marsan le même weekend puis le marathon de New-York 3 semaines après…

Bref, on ne va pas réécrire l’histoire… Vous savez bien comment s’est terminée mon année 2019

En tout cas, même si je n’ai pas encore récupéré mon niveau d’antan, j’étais plus que ravie de pouvoir m’aligner au départ d’une course – Chose tellement rare en cette année 2020 !

Pour cette édition, notre équipe est composée de 4 girls : Jenny & Lulu, (avec qui j’ai couru les triathlons de Baudreix et Saint-Jean en relais) Marilou et moi  +  3 mecs : William (le chéri de Jenny), Fabien et José !
Lorsque le parcours est sorti, nous nous sommes rapidement mis ok sur la répartition des coureurs. Fabien sera le coureur 1, Jenny le coureur 2, Marilou le coureur 3, William le 4, Lulu le 5, José le 6 et moi le 7.
En toute honnêteté, j’ai choisi le coureur 7 car il me semblait être le plus simple : 100% route et pas trop de dénivelé… Enfin… ça c’est ce que je croyais…

Tour du Béarn : JOUR 1

Samedi 3 octobre, 6h30 le réveil sonne. Il a plu des trombes d’eau toute la nuit, et d’après le vent et le bruit des gouttes que j’entends sur le vélux de ma chambre, cela ne semble pas s’être calmé ! Ok j’avooooouuuue qu’au chaud sous ma couette j’ai pensé “avec un peu de chance c’est annulé…” 

Petit check au portable, rien à signaler, malgré le covid et la météo affreuse, le Tour du Béarn fait de la résistance !

Pas le temps de trainer au lit, je décolle rapidement de chez moi pour retrouver la team car notre départ est prévu un peu avant 8h00. C’est donc de nuit que je trouve mes copains de “galère” sur le parking de Décathlon. (Qui eux aussi ont espéré une petite annulation de dernière minute…)

Pour l’occasion nous avons un fourgon dans lequel nous allons pouvoir mettre toutes nos affaires, nous changer, manger, suivre les copains, bref “vivre” pendant ces 2 jours.

Prologue : Lescar - Laroin (3,4km)

poncho style
style 2

Pour débuter ce weekend, il y a ce que les organisateurs appellent “le prologue” : un peu plus de 3 km, une sorte d’échauffement pour les coureurs 3,4,5,6,7 entre Lescar et Laroin.

Sur place, l’ambiance est joyeuse, petite photo souvenir, puis nous partons nous échauffer. 

7h52, couloir 4, c’est le top départ du Tour du Béarn pour Lulu, Marilou, William, José et moi. Les 3,4km passent très vite et nous rallions sans difficulté le point d’arrivée. Nous arrivons trempés mais cela nous fait (pour le moment) bien marrer. Nous nous changeons rapidement dans le camion puis prenons la route de Lasseube pour l’arrivée de Fabien.

Laroin - Lasseube (15,2km)

Jour 1 coureur 1

Malheureusement, nous n’avons pas pu assister au départ de Fabien qui s’est déroulé pendant que nous courions le prologue. Mais la pluie, elle, était bel et bien au rendez-vous ! En revanche, nous étions là, à son arrivée pour l’acclamer et le féliciter !
Petite anecdote : Fabien, après avoir couru 15 bornes est parti bosser. (Normal !)

Lasseube - Oloron (15,8km)

Jenny oloron
Tour du Béarn

Après Fabien, c’est au tour de Jenny de s’élancer. La pluie s’est arrêtée et nous avons même droit à de petites éclaircies. Et alors que nous sommes tous en train de papoter, nous entendons “5, 4, 3, 2, 1…” Merde ! Jenny !! Go c’est à toi ! Démarrage complètement à l’arrache ! Heureusement que nous étions proche de la zone de départ.

Nous retournons au camion, prenons la route pour nous poster à mi-parcours. La pluie est revenue et nos affaires de “rechange” pour la journée sont déjà complètement mouillées.

Peu de temps après avoir garé le camion, Jenny arrive et alors que nous l’encourageons elle commence à nous taper la conversation visiblement bien à l’aise sur sa partie !

Retour au camion, cette fois direction Oloron pour l’arrivée de Jenny / Départ de Marilou. En chemin, nous la recroisons “pouet pouet pouet “Allez jennyyyyyy” !!!

Oloron - Esquiule (13,8km)

Nous arrivons à Oloron et le temps s’est encore dégradé ! Tout est détrempé, il y a des flacasses d’eau partout ! Il faudrait me payer cher pour que j’aille courir là de suite maintenant ! Nous rejoignons Marilou et Lulu et tentons de nous abriter sous le kiosque ! Là, clairement, on est sur un gros gros temps de merde !

Pourtant Marilou sans broncher part s’échauffer car c’est la prochaine à s’élancer… Quand je pense qu’aujourd’hui c’est son anniversaire ! Elle est bien gâtée !

Nous assistons au départ de Marilou puis allons récupérer Jenny à l’arrivée. Sans surprise elle est toute mouillée mais heureuse de sa course.

Retour au camion, Jenny changée, nous repartons ! Objectif trouver Marilou pour la soutenir !

Alors que nous roulons, nous sommes stoppés par un bouchon géant. Il n’y a pas 36 routes pour se rendre à Esquiule et les 120 équipes que nous sommes provoquent un embouteillage. Après quelques minutes à l’arrêt nous décidons de descendre pour aller voir ce qu’il se passe.

Le timing est par-fait puisque Marilou arrive à ce moment là ! Nous courrons quelques mètres avec elle tout en gueulant comme des pestiférées “Allez Marilouuuuuuuu”

Esquiule - Navarrenx (21km)

jour 1 coureur 1

Nous récupérons Marilou, puis une fois changée, nous mangeons tous ensemble dans le fourgon. Le prochain à s’élancer après la pause repas sera William.

Entre les chips, les snickers, les cookies et le saucisson, je peux vous dire que durant ce weekend nous ne nous sommes pas laissés abattre ! Et alors que nous étions en train de plaisanter, nous remarquons que le temps s’est encore empiré ! La pluie frappe fort sur la taule du camion et les rafales de vent s’amplifient davantage ! Quel enfer !

C’est donc sous ce déluge que William part s’échauffer et prend, quelques minutes plus tard, le départ du 1er semi officiel de sa vie.

C’est reparti pour un tour, nous nous dépêchons de regagner les véhicules et allons nous poster quelques km avant l’arrivée.

A peine garées, William arrive déjà ! Il est dans les 10-15 premiers une vraie machine de guerre. Nous donnons de la voix à son passage puis le retrouvons au centre du village de Navarrenx, là où Lulu prendra son départ.

 

Navarrenx - Lucq de Béarn (13,3km)

coureur 5
Tour du Béarn jour 1 coureur 5

Nous retrouvons William complètement K.O après son épreuve ! En même temps courir 21 bornes avec du dénivelé à 15,81km de moyenne (soit environ 3,47 min au km) je pense que c’est tout à fait normal d’arriver fraca ! Pour moi c’est juste inconcevable comme rythme sur un semi…

A peine le temps de débriefer de son parcours que déjà c’est notre Lulu qui s’élance toute stressée par l’épreuve qui l’attend.

Comme pour Jenny, nous la retrouvons durant son parcours au niveau d’une méga côte de l’enfer. Nous courons quelques mètres à ses côtés puis la quittons pour regagner l’arrivée.
Nous la retrouvons 13km plus tard au bout de sa vie, trempée  et dégoutée ! ” C’est fini, j’arrête la course à pied !”

Lucq de Béarn - Cuqueron (14,5km)

Au moment où Lulu arrivait à Luc de Béarn, José partait, timing, encore une fois, super serré !

Nous revoilà sur la route. Cette fois, direction Cuqueron, là, où, dans quelques minutes, je prendrais mon départ. J’ai attendu ce moment toute la journée !

Sur le chemin, Jenny et William me briefent sur le parcours, tous deux, bien habitués à le pratiquer à vélo. “Tu verras, là ça va monter, puis là redescendre, ici ça sera un faux plat montant mais surtout tu n’accélères pas, tu en gardes sous la pédale car ça va remonter après… Quand tu verras le château d’eau, là ça sera ok ! Après le parcours sera vallonné et tu finiras par une descente”

Ok, parcours à peu près enregistré ! Choix de la tenue validé ! Après avoir longuement hésité, même si dehors le temps est désastreux, j’opte pour le short/t-shirt… comptant sur les “côtes” et  les passages “vallonnés” pour me réchauffer.

Je pars trottiner et retrouve Marilou, qui attend José non loin de l’arrivée.  Nous discutons quelques instants et le voilà qui déboule à toute vitesse pour le sprint final. Nous décidons de le suivre pour l’accompagner jusqu’au bout ! Enfin… Ça c’est ce que nous comptions faire à la base… En vérité, José nous à littéralement déposé sur place, et ce qui devait être un “accompagnement” s’est transformé en lutte pour essayer de le suivre…

Au moins comme ça, je suis chaude et prête à partir !

Lui aussi à fait une course de folie, malgré un parcours bien difficile ! Par chance, il n’a pas eu de pluie !

Cuqueron - Arbus (15,5km)

Tour du Béarn coureur 7

18h00 pétante, je suis prête à partir ! Sauf que l’unique route menant à Arbus est bouchée de voitures et nous ne pouvons pas prendre le départ.

Pendant 10min nous poireautons sur place et la pluie fait son come back !

18h11 cette fois c’est parti !

Les premiers km se passent trop bien, j’ai un bon rythme et je double pas mal de gens. Sur le trajet, je croise ma voisine et même un pote à vélo et prends le temps d’échanger quelques mots avec lui.

Km7  : C’est parti pour 5km de montée.  Je ne panique pas, je ralentis tout en essayant de garder un rythme correct. J’essaye de penser positif et de ne pas râler…

J’ai dans ma ligne de mire, un monsieur et une fille “Emilie” qui est accompagnée d’un vélo.

Je sais qu’elle s’appelle comme ça car sa team la suit sur tout le parcours ! Eux aussi ont un camion. Ils la dépassent, l’encouragent depuis les fenêtres, vont se garer 500m plus loin, l’attendent, lui hurlent dessus et ainsi de suite jusqu’au bout ! Ils sont géniaux, ils la motivent, et la chauffent tout le long. Dans le lot, quelqu’un sait que je m’appelle Charlotte, du coup j’ai de temps en temps droit, moi aussi à des encouragements. Trop bien !

Au bout de 3km de montée, je tourne la tête sur la gauche et vois tout en haut un monsieur en orange fluo. “QUOI ?! On va la haut ?” Je commence à pester en moi-même “putain de côtes !”

A mi-parcours, j’aperçois au loin, les filles de ma team postées à une intersection, mais elles, ne m’ont pas encore vue. Au moment où elles réalisent que c’est moi, elles jettent les trucs qu’elles avaient dans les mains et sautent sur leur portables pour immortaliser l’instant tout en me hurlant dessus “Allez CharlOOOOOooOoooOOOoootte”

Ça me booste à mort et me donne le sourire pourtant, le parcours continue de monter encore encore et encore, j’ai l’impression que cela n’en finira JAMAIS !

A un moment, cela semble se calmer, et j’ai envie d’accélérer, mais je me rappelle des mots de Jenny et William… Et si c’était ça le fameux faux-plat ?
Je reste donc sur mes gardes et patiente d’autant que ça y est… Le fameux château d’eau est en vue !

Enfin arrivée (péniblement) à sa hauteur, un papi posté là me dit “allez courage, le parcours ne montera pas plus haut !”  Je crois qu’un merci de désespoir est sorti de ma bouche !

Comme prévu, une fois le château d’eau dépassé, le parcours enchaine petites montées/petites descentes/petites montées/petites descentes… Assez casse pattes, mais j’accélère ! Dans ma lancée, je double Emilie qui semble un peu cuite.

Finalement la course passe hyper vite et nous attaquons déjà les descentes vers le village d’Arbus. On m’avait encore une fois prévenue de la difficulté de la pente mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit “aussi” raide. Je suis toujours aux côtés du Monsieur du début, nos pas frappent fort contre le bitume, il faut bien se freiner pour pas être emportés par l’élan.

Enfin sur le plat, Emilie fait son grand retour et me coiffe au poteau, je jette un regard assassin à son collègue à vélo qui m’a pas mal gênée sur le parcours et dans un dernier effort, je double ce fameux monsieur.

Ma team est à l’arrivée je les entends crier du bout de la rue. Je finis ces 15 bornes trempée mais avec le sourire jusqu’aux oreilles en 1h13.

Je passe la ligne, récupère mes poumons après le sprint final et part féliciter le monsieur et Emilie avec qui, finalement j’ai couru toute la course.

Je retrouve mes coéquipiers qui m’attendent avec des fringues sèches et… du saucisson !

Fin de la journée 1, direction Lescar pour récupérer les voitures, se doucher, manger, lancer une machine, et préparer nos sacs pour le jour 2, parce que oui… Demain on recommence !

Tour du Béarn : Jour 2

5h50 le réveil sonne…
Et c’est à cet instant précis que je me suis dit que nous étions complètement tarés ! Autant le jour 1, c’est la découverte, autant le jour 2, tu sais à quoi t’attendre c’est à dire… vent, pluie, froid ce à quoi il faut ajouter la fatigue et les courbatures de la veille…

Mais on a  tous signé pour ce Tour du Béarn, pire, on a payé !! (haha)

Le dimanche c’est le jour des trails. Fabien, Jenny, Marilou et William auront droit à leur “petite rando” en montagne.

Fabien part de nuit à Bielle direction le plateau du Bénou. Une fois le départ des uns passé, comme la veille nous allons nous poster à l’arrivée/départ de l’autre étape.

En haut du plateau du Bénou, le jour se lève et nous assistons à un magnifique levé du soleil.

 

selfie
au bout

Spectacle qui aura duré 10min puisqu’une fois le soleil vraiment levé, la pluie à fait son grand retour ! C’est dans des conditions désastreuses que nous récupérons Fabien (qui encore une fois a trop géré) et que les filles partent s’échauffer pour ce trail en duo.

Alors que Fabien est en train de se changer dans le camion, un mec visiblement complètement désorienté et au bout de sa vie nous sort “c’est ici la navette ?”

Euh… pas vraiment non ! Ok il y a des cookies et des chips à l’arrière mais quand même…

Jenny et Marilou ont fait une super course et c’est pleines de bouillasse que je les récupère à l’arrivée !

Nous filons ensuite direction Louvie-Juzon pour voir William. Cette année le coureur 4 a vraiment tiré le gros lot ! Après un semi le samedi, le dimanche il a droit au Trail du Rey ! Sauf qu’à cause des conditions météo épouvantables, le parcours a été modifié et à la place des 9km initialement prévus, il se retrouve à en courir 14 ! C’est cadeau !

Tour du Béarn Jour 2 coureur 1
Tour du Béarn - duo benou
Tour du Béarn - jenny
Tour du Béarn - Marilou
Tour du Béarn William

A Louvie-Juzon le temps s’est calmé et il fait presque bon ! Pendant que William court, nous faisons la pause repas et par bonheur, tombons sur l’oncle et la tante de Marilou qui habitent sur place. Ils nous proposent un thé chaud, du café, des gâteaux et… des WC luxe ultime du weekend !

Comme à son habitude, William a bombardé, et c’est maintenant au tour de Lulu de s’élancer ! Nous la retrouvons 14km plus tard tout sourire “c’est ok je continue la course à pied, j’ai adoré cette étape !”. Dans le même temps, José s’élance, la météo tient toujours… Pourvu que ça dure !

Pas le temps de terminer ma phrase que des trombes d’eau s’abattent sur nous ! Bon, en même temps, José n’avait pas eu de pluie hier, il en fallait bien (un peu) pour lui aussi aujourd’hui !

Arrivés à Gan, je me change et part m’échauffer en gardant jusqu’au dernier moment ma cape de super-héro ! Je ne suis pas sponso Quechua mais vraiiiiment ce poncho c’est le feu ! A la base acheté pour un road trip en Thaïlande, il m’a sauvé la life tout le weekend ! Large, étanche, coupe-vent,  idéal pour se changer à l’abri des regards et même faire pipi en toute tranquillité hahaha  !

Comme hier, José arrive en bombe et déjà c’est à moi de m’élancer !

Si hier mes 15 bornes sont passées les doigts dans le nez (ou presque), aujourd’hui c’est vraiment différent !

Tout a commencé par 4km de montées, histoire de fusiller le peu de mollets qu’il me restait. Puis nous avons serpenté en direction de Gelos. De retour sur du plat, je n’ai plus de jus et n’arrive pas à relancer autant que je voudrais. A un moment, des gens me hurlent dessus à une fenêtre ! Allez Charlooootte ! Trop sympa mais je suis cuite !

Nous passons le fameux pont vert de Gelos, celui même qui m’avait scié les jambes en début d’année, puis arrivons au niveau du stade d’eaux vives, puis du CNPC où je donne des cours…

D’un coup je réalise ” Si l’arrivée est place Clémenceau, nous allons devoir monter ! Monter oui, mais par où ?”

La réponse ne se fait pas attendre… Nous allons devoir emprunter l’escalier métallique en colimaçon ! Oh rage ! Oh désespoir… 

Allez 500m et c’est fini me crie un spectateur ! Derniers efforts, dernière accélération et je passe la ligne d’arrivée tant espérée !

 

Tour du Béarn - Charlotte
Tour du Béarn - depart gan - pau
Tour du Béarn - Lulu
Tour du Béarn - José
Tour du Béarn - charlotte
Tour du Béarn épilogue
jenny jour 2

Comme il y a eu le prologue en jour 1, il y a l’épilogue à la fin du jour 2 pour les coureurs 1 et 2, soit Fabien et Jenny.

Un relais ultra rapide de 2km dans le centre ville de Pau. Pas le temps de me changer complètement, un t-shirt sec et “ma bâche”, en attendant de rentrer à la maison, feront l’affaire !

Top départ ! Si vous aviez vu a quelle rapidité les coureurs se sont élancés… Pas le temps de dire OUF que les relais ce sont s’enchainés à la vitesse du son ! Il en est de même avec notre team ! Fabien & Jenny ont tout donné pour clôturer ce weekend en un temps record !

Cette fois c’est fait ! Nous en avons terminé avec ce Tour du Béarn 2020 ! Notre team se classe 42eme sur 125 au classement général et 13ème sur 62 pour les relais mixtes ! Je suis trop fière de nous ! Malgré des conditions apocalyptiques et des parcours exigeants personne n’a lâché ! On s’est tous chauffés, encouragés, motivés… Tout au long du weekend !

Une dernière photo souvenir dans le  camion, nous nous séparons pour une douche bouillante bien méritée et la promesse de se revoir rapidement pour pour trinquer et manger mais certainement pas pour courir mouillés avec du dénivelé !

Merci 1000 fois à ma team pour ce weekend de folie ! J’ai adoré courir avec vous tous ! Honnêtement je ne m’attendais pas une course si dure, mais si vous me promettez du soleil, pour la prochaine édition, je signe à vos côtés sans hésiter !

Mention spéciale aux organisateurs qui ont tout donné pour rendre cette édition possible malgré une météo plus que difficile et une actualité sanitaire bien compliquée ! Merci encore à eux !

Tour du Béarn… A l’année prochaine !

Tour du Béarn prologue
Tour du Béarn fin

Crédit photos Tour du Béarn : Eric Poulin (Un immense Merci à lui pour avoir su braver les éléments durant tout le weekend)

Cet article a 4 commentaires

  1. Très joli récit d’une course belle et originale. Merci pour le crédit photo !

    1. Merci encore d’avoir affronté le temps pour nous permettre d’avoir des souvenirs !

  2. Plus qu’une course, une épopée ! Quelle volonté, franchement j’admire. Et très heureuse pour toi que tu aies pu te tenir sur une ligne de départ (enfin!) BRAVO

    1. merci ma poule ! Dans 1 an tu seras à mes côtés à Londres ^^

Nom (nécessaire)E-mail (nécessaire)Site web

Laisser un commentaire