Féminine Féminine-2

Voilà maintenant 5 mois que je m’entraîne avec mon coach Loup.

Les 5 dernières semaines ce sont focalisées spécialement sur un entrainement « course » diminuant l’intensité des entrainements « muscu » à la salle.

Novembre 2015, féminine d’automne. Même parcours que celui d’avril.

Cette fois ci ma copine n’est pas là, elle a un tournoi de Flag à Perpignan.

Ça me fait chier qu’elle ne soit pas là d’ailleurs, depuis un moment déjà, nous faisons nos courses ensemble, elle me booste, elle me tire vers le haut.

J’arrive sur la ligne de départ, et une nana en jaune fluo se met à me parler.

Elle me parle de tout et de rien, de ces chaussures neuves assorties à son t-shirt qu’elle a acheté la veille, de son travail, de sa fille, du temps qu’il fait…. Je ne l’écoute qu’à moitié je suis déjà concentrée, aujourd’hui c’est ma revanche ! Ceci dit, elle a raison sur un point, il fait une chaleur de fou pour un mois de novembre, on est pas encore parties que j’ai la bouche sèche, j’ai hyper soif !

Le départ est super chaotique, et on doit s’y reprendre à deux fois avant de réellement partir.

Au moment du coup de feu, un enfant éclate un ballon et tout le monde croit que c’est le top du départ.

On nous fait reculer, 5…4…3…2 …1… GO !

Cette fois c’est parti, comme d’hab je pars trop vite.

Au bout de 500m, je lutte. J’ai soif, je commence à douter, est ce que je suis vraiment capable de le faire ?

Je me ressaisi et c’est parti…

A un coin de rue, j’aperçois mon copain, un ami et ma mère complètement survoltée qui me crie « Alllez Charloooooooootte »

Un petit sourire, un coucou et je continue.

A l’endroit du drame de l’année dernière, je ne pense même pas au papi et sa voiture, cette mésaventure est derrière moi.

Comme d’hab, la remontée du boulevard en plein cagnard est dure mais c’est bientôt la fin.

Je m’accroche à une fille, on se tire mutuellement.

Dès que je la dépasse, elle ré accélère et ainsi de suite sur 500m

Plus que 400m, ma mère, mon ami et mon copain ce sont déplacés et sont en mode paparazzi avec leurs portables.

Là, plus de coucou et de sourire, je ne lève même pas les yeux, je serre les dents, la fin est proche, j’en chie.

J’essaye de donner un dernier coup de gaz, j’ai les poumons qui vont péter !

Je passe la ligne d’arrivée, le chrono affiche 28’01

A l’issue, de la course, je suis classée 49eme sur 3500 

J’ai réussi !

Cet article a 1 commentaire

  1. Tu fais vraiment un beau classement !

Nom (nécessaire)E-mail (nécessaire)Site web

Laisser un commentaire